Pensé autour d’une ville cruelle, cette œuvre significative de l’auteur, philosophe, engagé et incontournable de la littérature africaine Mongo Beti autrement connu sous le nom Eza Boto, distribuée en 1954 sous le titre « La clairière d’Eza Boto » est liée à son exil pendant plus de trente ans dans la ville de Rouen où il a exercé comme professeur agrégé de Lettres au Lycée Corneille.

À travers cette œuvre, il invite tout le monde à considérer l’hybridité et la multi-culturalité des constructions comme un temps révolté ou subie qui se convertit par quatre opus qui sont présentés au public afin de nourrir une réflexion imaginative proposée par des expositions sur plusieurs sites en Normandie et une résidence d’artistes internationaux sur une péniche remontant la Seine ou encore des rencontres et échanges entre artistes de cultures différentes et entrecroisées.

« La clairière d’Eza Boto » est une excursion présentée en 4 opus ou les artistes invités donnent leurs points de vue sur sur le raisonnement fondamental de Mongo Beti et le rôle significatif de l’art contemporain face aux mondes. Ces divers artistes offrent un interstice passionnant et une une exploration croisée des problématiques sur les concepts d’identités, de souvenirs et de reconfiguration internationale des domaines malgré le développement des ordres sociaux contemporains.

« La clairière d’Eza Boto », un regard sous 4 Opus

Opus I était une exposition collective à l’Orangerie du Jardin des Plantes de Rouen qui s’est dérouler du 19 mai au 27 juin 2021 à l’Orangerie du Jardin des Plantes de Rouen. Les artistes Faycal BAGHRICHE, Nu BARRETO, Becky BEH Mpala, Jean-Michel DISSAKÉ, Safaa ERRUAS, Samuel FOSSO, Gabrielle GOLIATH, GODDY LEYE, Mo LAUDI, Nyaba L. OUEDRAOGO, Sadikou OUKPEDJO, Ghizlane SAHLI, Arlene WANDERA, Hervé YAMGUEN, Amina ZOUBIR apportent leurs réflexions sur les enjeux de nos sociétés.

Ghizlane-Sahli_ Flash-back sur « La clairière d’Eza Boto », une immersion des artistes contemporains dans l’œuvre de Mongo Beti
Ghizlaine Sahli (Maroc)

Opus II était une résidence d’artistes sur la Seine entre Le Havre et Rouen du 24 mai au 30 mai 2021 et des escales à Caudebec-en-Caux, Le Trait et Duclair. Les artistes Jean-Michel DISSAKE, Becky BEH, Euridice KALA, Teo BETIN, Hervé YAMGUEN, Alain POLO, Beya GILLE-GACHA et Z de la Tunisie y ont participé. Cet instantané des échanges a été un lieu de recherche autour de l’œuvre et plus particulièrement sur la revue Peuples noirs – Peuples africains.

A l’issue de cette traversée, une restitution a été réalisée dans différents lieux d’arts, partenaires de Rouen Métropole et à la Cité internationale des Arts à Paris.

BEYA-GILLE-GACHA-FRANCE__ Flash-back sur « La clairière d’Eza Boto », une immersion des artistes contemporains dans l’œuvre de Mongo Beti
Beya Gille Gacha (France)

Opus III offrait aussi des Expositions au Musée des Beaux-Arts de Rouen avec les artistes John AKOMFRAH et Malala ANDRIALAVIDRAZANA, ainsi qu’au Musée Le Secq des Tournelles à Rouen du 11 juin au 20 septembre 2021 avec le Sénégalais Ndary LO.

MALALA-ANDRIALAVIDRAZANA Flash-back sur « La clairière d’Eza Boto », une immersion des artistes contemporains dans l’œuvre de Mongo Beti
Malala Andrialavidrazana (Madagascar/France)

Et l’Opus IV est partie prenante d’un projet pédagogique entre Yaoundé et Rouen suivi d’une Exposition au Lycée Pierre Corneille de Rouen du 19 mai au 30 juin 2021. Ceci sous la supervision du Commissaire d’exposition et critique d’art camerounais Yves Chatap, membre fondateur du YCOS-Project qui organise et offre un support aux artistes en travaillant à leur côté et propose une passerelle entre artistes, institutions et ou galeries d’art.

thumbnail_lhistoire-dun-rebelle-1024x737-1 Flash-back sur « La clairière d’Eza Boto », une immersion des artistes contemporains dans l’œuvre de Mongo Beti
© Courtesy Louise Dubais
A lire aussi :  Reiffers art initiatives : Kehinde Wiley le coach de l’année pour l'artiste franco-sénégalais Alexandre Diop

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur