Ouverte jusqu’au 21 mai 2022, la dernière exposition individuelle de l’artiste Mary Sibande au Cap se déroule à la SMAC Gallery.

L’artiste sud-africaine permet à travers « A Red Flight of Fancy » la découverte des races colonisées, ces captifs des temps actuels, agités. Ils savent que cette évidente indiscrétion peut à elle seule les éloigner des abus de la colonisation, car un autre type de relations se met en place. Pour elle, les groupes humains sous-développés tentent de briser leurs chaînes et, fait intéressant, ils y parviennent. On peut très bien soutenir que dans ces longues étendues de spoutniks, il est ridicule de passer de la faim à la mort ; cependant, pour les masses colonisées, la thèse est plus rationnelle.

Mary Sibande sera à jamais liée à la personnalité de Sophie, son alter égo qu’elle a créé. Sophie, dans ses tenues bleues sionistes-victoriennes, défait peu à peu l’espace de la blancheur en tenant compte des corps des individus de couleur dans ces espaces, mais en plongeant à ce moment-là dans les profondeurs de cette Sophie apparemment sereine lorsqu’elle répare l’ensemble du héros.

Mary Sibande nous a montré qu’à l’intérieur de Sophie se trouvait tout un univers riche de rêves, d’aspirations et d’objectifs – que les limites imposées par l’épidermisation raciale n’empêchait pas quelqu’un de plonger au plus profond de lui-même et de ses réseaux pour soutenir sa pleine humanité. Les fantasmes de Sophie en matière d’opportunités sont apparus sous la forme de « The Purple », une démarche de sa bataille pour sortir de l’ombre et du poids de la ségrégation raciale, afin de s’élever, brisant les toits établis pour les femmes.

Mary Sibande y est parvenue par une exploitation des nadirs de soi – des espaces sombres où la lumière ne peut être trouvée – et ce qu’elle a trouvé dans cet espace était au-delà de tout ce que nous pourrions imaginer. Dans le compartiment du couvert et de l’abaissement – où le rayonnement de la raison est absent – nous observons une immersion tranquille qui se produit. Elle renonce à The Blue et établit une bonne base pour elle-même dans un piège rhizomatique avec ce qui a précédé et ce qui vient. Comme une personne qui saute dans le temps, le Pourpre est le fantasme du Bleu et s’occupe du passé tout en imaginant un avenir terrible, et ce, faisant, il rêve que le Rouge existe.

Qui est ce guerrier rouge ? Le vêtement permet de se rappeler un film d’Akira Kurosawa et ses sept samouraïs qui protègent les victimes de mauvais traitements et d’abus.

A lire aussi :  « LE PREMIER JUGEMENT » la première exposition de l’artiste togolais Pierre Segoh en Europe

Le Rouge, est-il le huitième samouraï que nous attendions, ou un descendant de l’incroyable samouraï africain Yasuke ?

Pour quelle raison le Présent a-t-il peur du futur ? Mary Sibande nous fait savoir que cette série a vu le jour alors qu’elle était enceinte. Elle fixait continuellement la télévision et prêtait attention à la radio 702 et elle a commencé à craindre les nouvelles, à ressentir le ralentissement et la morosité qui envahissent le pays jour après jour.

Elle entendait l’agacement de certains Sud-Africains et, bien qu’elle puisse s’identifier à eux, elle avait également besoin d’apprécier l’esprit sud-africain et les degrés d’indignation qui entraînaient une partie des luttes les plus acharnées et la destruction des structures qui refusaient des réseaux similaires.

mary-sibande Mary Sibande, présente « A Red Flight of Fancy » à la SMAC Gallery
Mary Sibande | A Red Flight of Fancy

« The Red Shepherd » est devenu une représentation de cette enquête, mettant en balance la province d’Afrique du Sud, les individus et les activités qui nous ont amenés ici. Mary Sibande rapporte le dicton selon lequel lorsque quelqu’un est en colère, il devient un « chien rouge ».

Chaque femme dispose d’un arsenal d’indignation qui peut être utile contre les abus, individuels et institutionnels, qui ont créé ce ressentiment. Centré avec précision, il peut devenir une source d’énergie puissante au service du progrès et du changement et c’est à travers cela que l’œuvre « The Red Shepherd » de Mary Sibande donne un aperçu de la manière dont l’influence individuelle croise celle de l’ensemble des activités politico-corporelles ou Mary Sibande semble représenter l’indignation de la Prophétesse.

Dans « Clothed in the Skin of Righteousness » Mary Sibande utilise ce que Fanon considérerait comme un noble outrage en mettant une tête de mouton sur les quatre canines rouges – l’honnêteté des Élus a délégué les chiens et leur ressentiment.

Les nuances du vêtement du mouton semblent avoir été tirées de la bannière arc-en-ciel qui décrit l’État-pays autrefois nouveau, alors que les canins alarmants et menés, ayant accepté leurs ordres, s’apprêtent à faire quoi ?

Des sphères orange sang couronnent les scènes. S’agit-il d’une lune ridicule tachée des vies qui ont dégouliné dans la terre dont nous sommes complètement nourris ou plutôt d’un lever de soleil rouge remarquant le carnage qui semble inéluctable pour que des royaumes tombent et que d’autres se lèvent ?

Au milieu de tout, il y a une attente qui ne passera pas dans cet état d’esprit de ce qu’est notre identité, de ce que nous pouvons être.

L’indignation, reconnaît Mary Sibande, est fatigante et restrictive, en voyageant à travers son art, l’on sort de l’adolescence et allons vers l’âge adulte, en même temps que la transmission de liens imperceptibles et de compétences d’endurance, de désirs. En effet, même si les choses s’autodétruisent et que nous sommes plongés plus loin dans les fantasmes de Sophie, nous ne sommes pas sans confiance dans cet état d’esprit du « je suis ».

A lire aussi :  Elladj Lincy Deloumeaux présente à la Galerie Cécile Fakhoury de Paris : « Mody : celui qui vient des deux mondes »

L’exposition « A Red Flight of Fancy » à la SMAC Gallery est ouverte jusqu’au 21 mai 2022.


Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur