Présentée à l’institut d’art contemporain de Nairobi au Kenya jusqu’au 30 mars 2022, l’exposition « I Hope So » est un aperçu des créations de l’artiste Sane Wadu qui offre à voir des dessins, des toiles et des gravures.

Cette revue de son parcours dévoile de nombreuses années d’intenses perceptions de Sane Wadu et ses réflexions picturales sur des questions de religion, d’altérité, d’orientation et de questions gouvernementales au sein de la culture kényane.

Propulsé par le changement et les résultats concevables dormants qui surgissent dans l’ordinaire, Sane Wadu est lui-même un explorateur en excursion. En tant que spectateur et public, ses œuvres aussi élémentaires soient-elles, sont des créations réalisées en vue d’un avenir proche dans lequel il y a de l’espoir pour quelque chose de meilleur. Il ne cesse de s’élancer et nous emmène avec lui dans cette balade de tout désir d’une personne, d’un groupe, d’un pays.

Sane Wadu

Sane-Wadu Sane Wadu présente « I Hope So » à l’institut d'art contemporain de Nairobi au Kénya
Sane Wadu

Né à Nyathuna en 1954, Sane Wadu a développé une pratique et une vocation ingénieuses pendant quarante ans. En tant que l’un des membres-fondateurs de l’association des artistes de Ngecha, une jonction d’artistes autodidactes, et grâce à ses pratiques singulières d’enseignement et de création, il reste l’un des principaux artistes contemporains vivants du district. Il a commencé à peindre en 1984, après avoir exploré de nombreuses professions comme l’enseignement, puis poste de représentant de la Cour tout en cherchant à s’exprimer, il s’est lancé dans la création culturelle en tant que essayiste, dramaturge et acteur de théâtre, mais il a fini par comprendre que ces activités ne lui permettaient pas de communiquer comme il le souhaitait.

Parce qu’il abandonne le travail courant pour une vocation moins sûre d’artiste, ses compagnons le qualifient de fou, ce qui manifestait son positionnement profondément rebelle à l’égard de ses critiques et en résistance à la frénésie dont ils l’avaient crédité.

La clarté et la netteté de sa conviction et de sa capacité à surmonter les présomptions culturelles restent à tout moment présentes dans sa pratique.

Artiste franc-tireur en quête de l’impensable, sa capacité à se changer lui-même et à changer sa réalité imprègne une fois de plus son œuvre d’une puissance provocatrice. La perturbation traverse son travail, formant son choix de sujets de base et le langage qu’il utilise pour peindre. Niant les aspects scolaires de la peinture et les hypothèses ordinaires de rationalité, Sane Wadu incorpore intentionnellement des éléments imprimés livrés à l’envers et réalise des œuvres à double face.

A lire aussi :  « THE UPSHOT OF TRANS-AFFECTIVE SOLIDARITY » au Torrance Art Museum de Los Angeles

À l’occasion, les signes inexacts de Sane Wadu fonctionnent comme des démonstrations sans prétention de perturbation qui remettent continuellement en question la norme tout en se donnant l’occasion de communiquer ses pensées avec un pouvoir qui lui est totalement propre. Rappelons que l’exposition « I Hope So » de l’artiste Sane Wadu est ouverte jusqu’au 30 mars 2022 à l’institut d’art contemporain de Nairobi.


Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur