Ouverte au public jusqu’au 17 juillet 2022 au Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden ( MACAAL ) de Marrakech, l’exposition « L’art, un jeu sérieux » dont le commissaire est Meryem Sebti, rédactrice en chef du magazine Diptyk est issue principalement de la collection permanente de la Fondation Alliances et présente plus de 80 œuvres des artistes contemporains comme Soufiane Ababri, Mariam Abouzid Souali, Mohamed Arejdal, Nadia Ayari, Mohammed Baala, Yassine Balbzioui, James Bartolacci, Farid Belkahia, Fouad Bellamine, Amina Benbouchta, Othmane Bengebara, Hicham Benohoud, Mahi Binebine, Zoulikha Bouabdellah, Meriem Bouderbala, Max Moulay Mansour Boufathal, Fréderic Bruly Bouabré, Dora Dalila Cheffi, Chéri Chérin, Calixte Dakpogan, Imane Djamil, Peter Dreher, Mohamed El Baz, Safaa Erruas, Mounir Fatmi, Simohammed Fettaka, Fatna Gbouri, Malek Gnaoui, Hassan Hajjaj, Mohamed Hamidi, Fatima Hassan Al Farrouj, Saâd Hassani, Romuald Hazoumè, Chourouk Hriech, Johnny Izatt Lowry, Anuar Khalifi, Majida Khattari, Abdoulaye Konaté, Faouzi Laatiris, Joy Labinjo, George Lilanga, Gonçalo Mabunda, Abu Bakarr Mansaray, Walid Marfouk, Najia Mehadji, Paola Monzillo, Shula Mosengo, Mohamed Nabili, Cassi Namoda, Gresham Tapiwa Nyaude, Abdelkrim Ouazzani, GaHee Park, Adballah Sadouk, Ghizlane Sahli, Abbes Saladi, Chéri Samba, Ana Segovia, Ilias Selfati, Loutfi Souidi, Tesfaye Urgessa, Abderrahim Yamou, Mike Yates, Michaela Yearwood-Dan et Billie Zangewa.

Cette exposition étudie le thème du jeu à travers divers médiums et œuvres célèbres de la collection. L’artiste est-il alors ce jeune homme intemporel, se souvenant de l’entrée dans le monde par les jouets ?   

Art-a-Serious-Game-MACAAL-2021-C.-Ayoub-El-Bardii-1-1024x683 Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden ( MACAAL ) présente « L’art, un jeu sérieux »
Art, a Serious Game, MACAAL, 2021 – C. Ayoub El Bardii

Absolument, par la formation d’un espace singulier de représentation – à l’intérieur des restrictions d’un monde adulte standardisé – mais aussi par l’essai et l’erreur de la personne discrétionnaire des principes et des codes que les créatifs sont libres, constamment, de violer.

Nous pourrions commencer à caractériser l’art lui-même par cette phase de l’esprit créatif, cet espace de fiction dans lequel nous vivons notre première expérience du monde. Bien sûr, depuis l’approche de l’hypothèse psychanalytique, la science mentale a souligné l’impact du jeu sur le développement.

Sous l’effet des artistes mis au jour, les jouets deviennent des objets obsessionnels de la représentation. Elle peut être étonnamment picturale, mais elle ne se limite pas à ces structures. Jouer avec les images, les implications, la matière, la procédure et l’innovation ; l’initiation de ce champ d’investigation varié révèle l’étendue du jeu intrinsèque à la pratique créative. Le parcours scénographique de l’exposition conduit l’invité à travers sept thèmes, sept classes de jeu créatif.

Art-a-Serious-Game-MACAAL-2021-C.-Ayoub-El-Bardii-5-1024x683 Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden ( MACAAL ) présente « L’art, un jeu sérieux »
Art, a Serious Game, MACAAL, 2021 – C. Ayoub El Bardii

Partant des œuvres de l’équipe Fouad Bellamine / Mohamed El Baz, tout comme ceux de Mariam Abouzid Souali, inspirent l’adolescence de l’art, comme des représentations de souvenirs précoces qui rassemblent à la fois bonheur candide et nostalgie du passé.

A lire aussi :  « Regarder le monde » une exposition autobiographique de Didier Viodé à la Septieme Gallery

Par un jeu réaliste qui ruine la logique du point de vue, Chourouk Hriech se réapproprie le monde pour en développer un plus fantaisiste, un inexistant séduisant où l’accumulation des représentations nous plonge dans une sorte de joyeux désordre.

L’information sur le monde n’est certainement pas un portrait exhaustif, mais plutôt un rêve formé par l’artiste Ivoirien Frédéric Bruly Bouabré, comme l’indiquent son désir et son esprit créatif.

La réutilisation et la transformation des objets est un autre type de jeu, d’esprit créatif, de refonte et de création. Qu’il profite de structures antérieures ou qu’il les concocte sans préparation, l’artiste continue de puiser dans une collection illimitée d’images, d’objets ou de matériaux qu’il modifie à sa guise.

Art-a-Serious-Game-MACAAL-2021-C.-Ayoub-El-Bardii-11-1024x683 Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden ( MACAAL ) présente « L’art, un jeu sérieux »
Art, a Serious Game, MACAAL, 2021 – C. Ayoub El Bardii

Ainsi, Malek Gnaoui refait de la nature, Calixte Dakpogan réassemble des rebuts et des matériaux de récupération pour donner vie à des composants obtenus en grande partie, à l’instar du chimiste de Baudelaire dans Les Fleurs du mal.

Des perturbations de différentes sortes gèrent le thème de l’identité et des nombreuses affiliations. Le faux-semblant est un élément constant de l’art, un écran qui peut dévoiler la vision mentale de soi ou la dissimuler derrière un voile.

Propulsée par des photos de famille, Joy Labinjo soulève des questions sur le fait d’avoir réellement une place pour nous et notre pensée du caractère, nous invitant à réexaminer cette mise en place se développer en termes plus liquides, en considérant à différents moments des subjectivités tout aussi privées et agrégées.

En supposant que la personnalité soit une mission incessante d’altérité, elle est aussi une énigme. Difficulté, autodestruction, étourdissement ou bonheur, le travail joue en fait avec les codes de la séduction.

GaHee Park domine à ce jeu. Ses compositions sont le mécanisme de récits synchrones qui mettent en scène des scènes sincères où le sentiment est bref, ou des activités douteuses en incohérence logique avec leurs éléments environnementaux agréables ; l’artiste s’amuse de cette scène de flou.

Hicham-Benohoud-Sans-titre-série-La-salle-de-classe-1994-2002.-Coll.-Fondation-Alliances-MACAAL-1024x692 Le Musée d’Art Contemporain Africain Al Maaden ( MACAAL ) présente « L’art, un jeu sérieux »
Hicham Benohoud, Sans titre, série La salle de classe, 1994-2002.
Coll. Fondation Alliances – MACAAL

Le jeu devient finalement rebelle, se transformant en une ronde de différence ou d’interruption profonde. Agiter des certitudes inimaginables, oblitérer des représentations définitivement installées, évincer le pouvoir emblématique et toute forme de maîtrise. Dans sa série visuelle « The Classroom », Hicham Benohoud met en scène ses élèves dans des postures déroutantes et régulièrement ridicules, scrutant ainsi le cadre social et politique de la culture marocaine, avec ses déséquilibres et ses mystères innés.

Les questions soulevées sont à la fois intéressantes et réfléchies. Néanmoins, le jeu démontre la véracité d’un monde sûr et joyeusement carnavalesque. Sous son flot de perturbations, mais hélas reste un questionnement : dans le cas où les normes du jeu s’affirmeraient, pourraient-elles être jouées jusqu’à l’idiotie ?

A lire aussi :  Ibrahim Mahama, présente « 57 Forms of Liberty » au High Line de New York

Découvrons cela à travers l’exposition « L’art, un jeu sérieux » qui propose aux visiteurs un rapport au monde plus détendu et plus énergique.


Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur