La résidence d’artistes Noldor d’Accra, au Ghana, créée en novembre dernier avec une première résidence de quatre semaines accordée à l’artisan ghanéen Emmanuel Taku, a annoncé qu’elle était tout sauf un programme d’un an pour les boursiers débutants et confirmés et qu’elle disposera d’un espace de 7 500 mètre carrés dans un ancien entrepôt de médicaments dans la zone d’expression Labadi en plein essor de la ville.

Le programme de bourses s’adresse aux artistes contemporains d’Afrique et de sa diaspora en émergents ou en milieu de carrière, dans le but de les aider à étendre leurs pratiques, tout en encourageant le sentiment d’appartenance à la région. En outre, l’organisation souhaite envoyer ses jeunes moins expérimentés sur le marché de l’art en les présentant dans le cadre d’une exposition commerciale.

La résidence d’artistes Noldor a nommé l’artisan ghanéen Gideon Appah comme son senior fellow. Appah est connu pour ses œuvres mixtes mettant en valeur la peinture acrylique superposée vigoureusement sur des photographies collées, des affiches et des impressions qui évoquent la vie quotidienne, les légendes et les englobements naturels de son pays, où il est retourné après un certain temps à l’étranger.

Les artistes ghanéens en devenir Abigail Aba Otoo et Joshua Oheneba-Takyi se sont vus accorder les bourses juniors. L’œuvre mixtes de l’artiste Abigail Aba Otoo traite de l’identité des affaires et du bien-être psychologique et se concentre sur la structure féminine noire, tandis que Joshua Oheneba-Takyi étudie les idées de délocalisation à travers l’image de la chaise dans une pratique qui implique le dessin et la peinture. 

L’entrepôt récemment rénové qui accueille le programme est une énorme structure en forme de U mettant en évidence des passerelles d’interface et baignée de lumière naturelle et a été cloisonnée pour intégrer des studios d’artistes.

Au-delà du soutien matériel apporté à ses artistes, Noldor reflète la dynamique organique et collaborative qui caractérise les communautés d’artistes d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agit d’un centre d’art contemporain florissant, qui s’engage à soutenir le processus créatif de ses artistes.

Au-delà de l’aide matérielle apporter aux artistes, la résidence d’artistes Noldor reflète la dynamique organique et collectifs qui décrivent les réseaux d’artistes passés et actuels. Il n’est rien d’autre qu’un centre florissant pour l’art contemporain, axé sur le soutien du processus d’innovation et de la créativité des artistes africains.

Espérons d’autres résidences dans nos pays pour la promotion de l’art contemporains africains de par le monde.

A lire aussi :  Nolan Oswald Dennis présente « Conditions » à la Galerie Goodman de Johannesburg

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur