Pour sa deuxième édition en 2021, la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) se tiendra cette année du 8 octobre au 8 novembre 2021 et se penche sur le thème de « L’Aventure Ambiguë », en rendant hommage à l’œuvre significative de l’auteur sénégalais Cheikh Hamidou Kane.

Dans ce livre aux solides suggestions personnelles, l’écrivain suit le parcours torturé du jeune Samba Diallo, explorant entre l’altérité de son pays Diallobé et le monde occidental libéral auquel il se heurte.

À travers ce sujet, les artistes sont invités à étudier la complexité des identités d’aujourd’hui, dans une période supposée post-mondialisation. Une période complexe, marquée par le thème de nos interdépendances et où les pensées de l’altérité, l’orientation sexuelle, notre relation avec la nature, sont en phase de redéfinition.

L’expérience même de l’artiste est elle-même pleine d’ambiguïtés, tout comme l’idée de l’art africain contemporain à laquelle il est parfois poussé à s’absorber.

242308886_1862733473898115_1594703700705734513_n BISO 2021 : la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou sous le thème « L’aventure ambiguë »
© Mehdi-Georges Lahlou

En tant que principale biennale consacrée à la sculpture contemporaine sur le continent africain, la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) souhaite mettre en valeur la richesse et unifier la scène de l’art contemporaine dans ce pays situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso, qui a une longue tradition de sculpture, notamment avec la méthode du bronze à cire perdue, entretenue dans des communautés et dans des ateliers familiaux.

Au cours de cette deuxième édition, des artistes comme Abou Sidibé, Boureima Ouedraogo, Buhlebezwe Siwani, Charly d’Almeida, Ferdaws Chamekh, Hélène Kelhetter, Henry Kibeti, Indépendance Dougnon, Kader Kabore, Mehdi-Georges Lahlou, Mehryl Levisse, Ngozi-Omeje Ezema, Ouadiata Traore, Oumar Ball, Pedro Pires, Sahab Koanda, Turiya Magadlela, Yveline Tropéa sont attendues.

Les activités de la deuxième édition de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou

Les résidences d’artistes

Différentes résidences artistiques auront lieu, et seront l’une des caractéristiques de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO). Cette édition réuni plus de vingt artistes de diverses nations africaines distinctes.

Parmi eux, quinze participeront à des résidences de trois semaines à un mois à Ouagadougou, dans des ateliers d’artistes et de designers burkinabés.

Motivés par la ville et ses pratiques, ces artistes travailleront avec les matériaux sur place en collaboration directe avec les artisans, dans un échange exceptionnel d’expérience et de compétence.

236544531_1841730862665043_8461525633534231493_n-1024x794 BISO 2021 : la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou sous le thème « L’aventure ambiguë »
© Oumar Ball

Le programme BISO OFF

Autour de l’exposition de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO), de nombreux événements et expositions OFF seront coordonnées dans la ville de Ouagadougou et arrangés par le Studio Hamed Ouattara.

Une vingtaine d’ateliers, d’exposition et de centres d’arts se feront connaître du grand public, renforçant ainsi le dynamisme des organisations d’artistes de la ville et leur perception au niveau public et mondial.

Parmi ces lieux, les ateliers de design du Centre Lukaré et l’atelier KA-YIIRI de Kader Kabore, utilisant des matériaux de proximité pour réaliser des meubles uniques.

La peinture et le dessin seront abordés entre autres par les Ateliers Maanéré. Réalisé par un groupe d’artistes, le Hangar 11 mettra en avant des œuvres, des installations, des sculptures et des performances.

241362528_1851488985022564_6377314275532551120_n BISO 2021 : la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou sous le thème « L’aventure ambiguë »
© Mehryl Levisse

Des ateliers culturels

L’un des objectifs de la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO), c’est de participer à l’accès à l’art et à la culture des populations.

Pour cette version 2021, la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou (BISO) mettra en place différents ateliers pédagogiques (initiation au modelage, au dessin, à l’assemblage) ouverts à un public jeune et parfois éloigné de la culture.

Ces ateliers seront animés par des artistes de la région et par certains artistes accueillis en résidence dans le cadre de l’événement. Il sera également pris en compte, l’accès de l’exposition BISO par l’engagement participatif du jeune public seront travaillés tout au long de la biennale par des visites guidées.

236206089_1833882903449839_7689283821416188792_n-850x1024 BISO 2021 : la Biennale Internationale de Sculpture de Ouagadougou sous le thème « L’aventure ambiguë »
© Pedro Pires

Tables rondes et formations

Quelques tables rondes ouvertes au public et seront coordonnées pendant la biennale. Elles réuniront des artistes et des animateurs culturels avec des intervenants internationaux sur les thèmes de la création contemporaine en Afrique, de la formation et de la perceptibilité des artistes.

En correspondance avec la biennale, différents cours et masterclasses seront présentés aux artistes. La formation des artistes aux outils digitaux sera aussi un point central de cette deuxième édition.  

A lire aussi :  Pour la promotion des femmes photographe, le Women in Photo Award est lancer jusqu’au 31 octobre 2021

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur