Depuis le 26 novembre 2021, le Gropius Bau a ouvert la première exposition significative en Allemagne de l’artiste activiste visuelle sud-africain Zanele Muholi qui s’est fait connaître dans les années 2000 avec des photos qui racontent des histoires de vies de lesbiennes, de gays, de personnes sexuellement neutres, de trans, d’étranges et d’intersexes en Afrique du Sud, et plus encore.

Présentant toute l’étendue de la carrière de l’artiste Zanele Muholi, l’exposition de Gropius Bau réunit plus de 200 photographies : de leur toute première collection d’œuvres, « Only Half the Picture », à la série en cours « Somnyama Ngonyama ». Abordant les questions de sexualité politiques, d’agression raciales, d’opposition partagée et d’auto-attestation, le travail de Zanele Muholi dépeint des personnes vivant courageusement et de manière euphorique malgré les préjugés.   Gage immédiat de perceptibilité, de renforcement et d’activisme social, la photographie de ZaneleMuholi remet en question les généralisations prédominantes et le regard hétéronormatif tout en abordant différents types de renforcement social, public et imaginatif.

Au cours des années 1990, l’Afrique du Sud ayant connu d’importants changements sociaux et politiques. La Constitution sud-africaine de 1996 a mis fin à la ségrégation raciale, a été la première au monde à interdire la séparation en fonction de l’orientation sexuelle ; pourtant, aujourd’hui, le groupe des personnes LGBTQIA+ continue de se heurter à une sauvagerie et une oppression sans limites.   Dans sa première série intitulée « Only Half the Picture », ZaneleMuholi saisit la complexité des rencontres au sein de cette communauté : des instantanés d’amour et de proximité côtoient des photos qui insinuent des mésaventures graves et horribles dans l’existence des membres. Par le biais de photos et de documents supplémentaires, son exposition au Gropius Bau présente son travail fondamental en tant que coordinateur, qui s’occupe du soutien des médias, et qui entraîne les plus jeunes sur la voie de l’obstruction et de l’assiduité.

Pour Stéphanie Rosenthal, la directrice du Gropius Bau : le travail de Zanele Muholi est un élément important de la modification fondée sur des articulations de récupération et de soins, de réseaux créatifs différents et de changement sociopolitique. Son travail montre la réparation, de compassion et de renforcement qui se poursuivre indépendamment de l’ensemble des blessures, et affirme comment la photographie peut être une méthode de réparation et d’activisme. Dans un contexte de ségrégation raciale post-sanctionnée et d’oppression du groupe LGBTQIA+, pour la directrice du Gropius Bau, Zanele Muholi fait l’éloge de la diversité noire dans l’existence des personnes qui ne s’adaptent pas.

A lire aussi :  L’artiste britannico-nigérian Yinka Shonibare CBE RA lance un centre culturel au Nigeria

L’une des pierres angulaires de l’exposition est la chronique visuelle des portraits de Zanele Muholi, « Faces and Phases », une œuvre importante qui honore et loue les lesbiennes noires, les transsexuels et les personnes sans orientation particulière. Chaque membre regarde droit vers la caméra, incitant le spectateur à maintenir un contact visuel avec lui, tandis que des déclarations individuelles saisissent des histoires et commémorent les personnes décédées. Plus de 500 photos et déclarations structurent une archive de cette zone en Afrique du Sud et plus loin de chez soi.

L’exposition comprend quelques autres séries clés : « Brave Beauties » qui célèbre les personnes non-binaires et les femmes transgenres, dont un grand nombre ont remporté des concours de Miss Gay Beauty. « Being » qui est un ensemble de photos délicates de couples qui affirment l’amour entre personnes du même sexe, tout en mettant à l’épreuve les généralisations et les restrictions gagnantes. Les photos, par exemple, « Melissa Mbambo » ou « Durban » qui s’efforcent en outre de récupérer des espaces publics pour des communautés noires et excentriques, un côté de l’océan à Durban qui était isolé racialement pendant l’apartheid.

Dans chacune de ces séries, Zanele Muholi raconte des récits globaux et individuels de victoires partagées, de relations familiales et de deuils. Les images remettent en question les idées reçues sur l’anormalité et l’exploitation, donnant aux visiteurs la possibilité d’aborder leurs propres jugements erronés et créant un sentiment commun de compréhension et de force d’âme.

En 2012, Zanele Muholi a commencé sa série acclamée d’autoportraits sensationnels intitulée « Somnyama Ngonyama » ou « Hail the Dark Lioness » en isiZulu où elle prend diverses postures, personnages et modèles pour résoudre les questions de race et de représentation. Des coussins à récurer et des gants médicaux aux pneus élastiques et aux liens, des matériaux ordinaires sont transformés en accessoires et en ensembles à caractère politique.

Les photos qui suivent traitent de sujets tels que le travail, le sectarisme, l’eurocentrisme et les questions de sexualité, en faisant fréquemment des remarques sur les expériences vécues en Afrique du Sud et sur les rencontres de Zanele Muholi en tant que Sud-Africain et excentrique voyageant à l’étranger. En améliorant la différence dans les photos, Zanele Muholi souligne en outre leur teint, récupérant leur obscurité avec satisfaction et affirmant à nouveau sa magnificence, tout en abordant les marques de honte liées à la race, les mystères de l’imperceptibilité et de l’hypervisibilité.

A lire aussi :  « Winner Takes All » une exposition Coordonné par Amoako Boafo et Larry Ossei-Mensah à la galerie Marianne Boesky

Ce compte rendu de Zanele Muholi s’inscrit dans la série d’expériences du Gropius Bau qui met en avant les artistes photographes critiques du XXe siècle et contemporains, en rappelant Akinbode Akinbiyi en 2020, Lee Miller, Berenice Abbott, Robert Doisneau et Thomas Struth en 2016 et Diane Arbus en 2012.

L’exposition de Zanele Muholi est organisée par Natasha Ginwala, conservatrice associée de Gropius Bau, Yasufumi Nakamori, conservateur principal au art international photographie du Tate Modern et Sarah Allen ancienne conservatrice adjointe du Tate Modern. L’exposition est coordonnée par la Tate Modern de Londres, en collaboration avec le Gropius Bau de Berlin, la Maison européenne de la photographie de Paris, l’Institut Valencià d’art moderne et le Bildmuseet de l’université d’Umeå.

L’exposition de Zanele Muholi au Gropius Bau de Berlin se tiendra jusqu’au 13 mars 2022.


Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur