« BRISE DU ROUGE SOLEIL », telle est intitulée l’exposition de l’artiste contemporain malgache Joël Andrianomearisoa qui se tient jusqu’au 26 septembre 2021 aux Tours et Remparts d’Aigues-Mortes. Entre rencontres, retrouvailles, légendes, récits, mythes et contes, l’artiste plonge dans les méandres de l’histoire de la cité. 

 « BRISE DU ROUGE SOLEIL », Joël Andrianomearisoa propose un voyage infini aux Tours et Remparts d’Aigues-Mortes
Joël Andrianomearisoa
La maison sentimentale
Silk paper
2016
Collection Revue Noire JLPMSL

« BRISE DU ROUGE SOLEIL », immerge un instant le visiteur dans l’émotion et lui suggère un parcours sensible et poétique de 18 installations entremêlées d’histoires. Entre mélange de l’histoire du monument et du territoire,*Joël Andrianomearisoa laisse entrevoir la mémoire de l’ancienne cité portuaire ouverte sur la Méditerranée. Il s’agit d’une histoire qui autrefois avait été également présentée par le poète Maurice Ramarozaka

Cette carte blanche à Joel Andrianomearisoa est un voyage infini, une énigme, une chasse au trésor, une narration non explicite que chaque visiteur perçoit. 

Joël Andrianomearisoa

202718639_489420948798324_2760951210684333559_n-819x1024 « BRISE DU ROUGE SOLEIL », Joël Andrianomearisoa propose un voyage infini aux Tours et Remparts d’Aigues-Mortes
Joël Andrianomearisoa

Ingénieux dans son travail, il utilise plusieurs médiums. Partant de la couture au design, la vidéo à la photographie, la scénographie à l’architecture, il est en permanence en quête de performance; ce qui lui vaut des reconnaissances. 

Avec ses débuts à l’école de dessin, puis l’École Spéciale d’Architecture de Paris et son passage dans les institutions culturelles internationales telles que Maxxi à Rome, le Hamburger Bahnahof à Berlin et le Centre Pompidou à Paris, Joël Andrianomearisoa allie dans ses créations, textiles, papiers, bois, minéraux, miroirs, parfums, emballages, etc.. 

Lauréat en 2016 pour le prix Madrid Audemars Piguet, il a offert son expertise pour la confection du sac « Lady Dior Art » et « Le labyrinthe de Lady Dior ». Le premier en version sculpturale est caractérisé par des lames de cuir coupées à l’eau, collées et enchevêtrées et le deuxième est conçu avec de petites lames de soie plutôt rigides et fluides, un intérieur en cuir et une chaîne dessinée. 

Étant une des premières figures contemporaines de son pays, il participe activement au développement culturel et artistique de Madagascar par des projets tels que Manja en 1998, Sanga en 2003 et Parlez-moi en 2016. Il avait représenté son pays au pavillon de la « Biennale di Venezia » avec son œuvre « I have Forgotten the Night »

Joël Andrianomearisoa donne à voir diverses expositions de par le monde, si vous êtes à Prague, vous pouvez voir son exposition « TRANSLATIONS OF ALL OUR LOST PASSIONS AND OUR FUTURE DESIRES » au kunsthalle praha jusqu’à fin juin 2021. A Paris dans l’exposition collective « CE QUI S’OUBLIE ET CE QUI RESTE » au musée de l’histoire de l’immigration au palais de la porte dorée jusqu’au 29 aout 2021, à Miami « WITNESS AFRO PERSPECTIVES » ou « BEYOND ALL YOU ARE MINE » au hakanto contemporary à Antananarivo jusqu’au 4 septembre 2021.

A lire aussi :  « Watermarks, silent traces » : l’exposition de Michèle Magema à l'espace chapelle du Kunsthal Extra City

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur