Pour cette 59e Biennale d’art contemporain de Venise qui se déroule du 23 avril au 27 novembre 2022, les artistes apportent des points de vue différents et offrent par la même occasion un formidable panorama mondial de la création.

Sur le pavillon du Zimbabwe, il sera distingué le travail de Kresiah Mukwazhi qui s’inspire du mouvement mondial #Metoo et aborde la question du viol en Afrique du Sud, tandis que Wallen Mapondera s’intéresse aux liens sociaux par le biais d’installations étonnants produits à l’aide du textile, et fait des remarques sur les structures de pouvoir.
Chacun des artistes apportent leurs vues, aussi raffiné que nos expériences, aussi fondamental qu’un autre pays et aussi courageux pour raconter leurs propres histoires.

Ronald Muchatuta

Pour Ronald Muchatuta, l’art est une méthode de correspondance et d’association : un discours intimement amical et politique qui est verrouillé par le créateur et l’observateur. L’art donne un cadre significatif à nos vies individuelles et collectives.

Son travail est chargé et effrayant – comme l’effondrement mental global d’un groupe interprété sur un matériau. Ces thèmes prémonitoires sont issus de la situation unique de Ronald Muchatuta : Zimbabwéen, ses échanges tournent autour des problèmes contemporains auxquels sont confrontés les individus d’Afrique australe – délocalisation, problèmes politiques, l’identité, colonialisme et la ségrégation.

Tout bien considéré, son travail est sans équivoque influencé par la démonstration du délogement et du lien entre les exilés et les migrants et leurs pays. Ronald Muchatuta travaille sur différents supports, dont le dessin, la peinture, le collage et la mosaïque. Il prépare ses œuvres en travaillant à partir de modèles vivants, ce qui leur confère le sentimentalisme que l’on prête habituellement aux peintres de la Renaissance, mais ses sujets sont issus de ses rencontres et des récits de sa famille et de sa nation.

Les œuvres d’art de Ronald Muchatuta sont élégantes et font partie de divers collections privés, publics et d’entreprises, notamment The Spier assortment, Hollard, le Museum of Modern Art de New York, Nandos – compelling artwork collection, US Senate workplaces et d’autres basés en Afrique et à l’étranger.

Il a participé à diverses expositions en Afrique et dans le monde, dont la Triennale de Stellenbosch, et est souvent invité à prendre part à des discours sur des questions liées à l’art et l’Afrique.

Kresiah Mukwazhi

Kresiah Mukwazhi est né au Zimbabwe. Formée à la fois à l’école d’art visuel de la National Gallery of Zimbabwe et au Market Photo Workshop en Afrique du Sud, sa pratique s’inspire de rencontres et de perceptions de la brutalité, de l’exploitation et de l’abus en lien avec le genre.

A lire aussi :  L’artiste contemporain malgache Joël Andrianomearisoa presente « THE FIVE CONTINENTS OF ALL OUR DESIRES » au Zeitz MOCAA du Cape Town

Stimulée par le mouvement mondial #metoo, Kresiah Mukwazhi utilise son art pour donner un aperçu des événements peu médiatisés que sont les viols dans son pays d’origine et dans le reste de l’Afrique australe.

Kresiah Mukwazhi utilise la capacité coopérative du matériau pour faire référence aux sensations d’extériorisation, de capture et de liberté, quelquefois en images d’opposition et de combat. Elle a exposé à la SMAC Gallery de Cape Town en Afrique du Sud, à la National Gallery of Zimbabwe, au Tsoko Gallery et au Zeitz MOCAA.

Terrence Musekiwa

Terrence Musekiwa, né en 1990 à Chitungwiza, aborde l’art à partir d’une base exceptionnellement avantageuse. Naturellement introduit auprès d’un groupe de sculpteurs de la pierre chevronnés, il a commencé à tailler à l’âge de cinq ans en regardant son père. On peut donc dire qu’à l’âge de 24 ans, Terrence Musekiwa revendique à ce jour environ dix-neuf ans d’expérience, ce qui confirme sa certitude et son expertise inédites.

Contrairement à de nombreux artistes de la pierre des époques précédentes, Terrence Musekiwa détruit la frontière théorique entre la taille conventionnelle et le travail contemporain. Son travail commence par les techniques traditionnelles de taille de la pierre, mais il est amené à l’avant-scène du Zimbabwe contemporain par son analyse ironique et percutante, centrée sur la religion, l’histoire, la coutume et les conflits quotidiens.

Diverses discussions et batailles sont inscrites à l’intérieur de la pierre. Son utilisation de chaînes, de verre, de bois, de tissu, de plastique et de résine est censée défier les coutumes, pour ce que cela vaut, pour défier les inclinations de bon goût et philosophiques précédemment établies.

Terrence Musekiwa a exposé à la National Gallery Zimbabwe, à la Catinca Tabacaru Gallery, au Istanbul International Art Fair, au Berliner Liste en Allemagne, au Jo’burg Fringe Art Fair en Afrique du Sud et bien d’autres. Terrence Musekiwa est bénéficiaire du prix Peace of Art 2011 et a été choisi pour le programme de résidence de la Catinga Tabacaru.

Wallen Mapondera

Wallen Mapondera est né en 1985 à Harare, au Zimbabwe, et vit et travaille actuellement à Cape Town en Afrique du Sud.

Wallen Mapondera a obtenu une préparation artistique à la National Gallery School of Visual Arts and Design du Zimbabwe, et a obtenu sa certification de maîtrise en beaux-arts à la Rhodes University de Makhanda, en Afrique du Sud en 2019.

En 2015, Wallen Mapondera a été le bénéficiaire du prix national du mérite artistique du Zimbabwe – dans la catégorie des œuvres bidimensionnelles d’arts visuels – décerné par le Conseil national des arts du Zimbabwe. En 2007, Wallen Mapondera a été choisi pour participer au programme d’artiste en résidence de la National Gallery of Zimbabwe, et a été un occupant au Vermont Studio Center, Burlington dans le Vermont au état unis en 2012, et au Pro Helvetia Studio à Zurich en Suisse en 2018.

A lire aussi :  DDESSINPARIS rétablit son dispositif de la semaine du dessin à Paris au mois de mai

Wallen Mapondera a exposé à la SMAC Gallery du Cap, en Afrique du Sud, à l’Atelier Mondial en Suisse, au Emergency Exit à la Tyburn Gallery de Londres, au Royaume-Uni. 


Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur