« Shall We Start from the Beginning ? » est la première exposition de James Mishio jusqu’au 19 août 2021 au Clerkenwell Gallery de Londres au Royaume-Uni où il présente de nouvelles œuvres achevées depuis peu.

Cette exposition documente la direction créative de l’artiste James Mishio, en jetant un coup d’œil sur les bases fondamentales de sa pratique, où les communications quotidiennes, apparemment immatérielles mais persuasives, ont éduqué sa création artistique en une tâche communautaire de souvenirs et de moments.

 « Shall We Start all along ? » une exposition de James Mishio au Clerkenwell Gallery de Londres
Barbershop
© James Mishio

À travers ses œuvres picturales et non-littéraires, James Mishio a eu la possibilité de rassembler des personnages individuels et de les compléter en une zone locale prospère. En tant qu’artiste autodidacte, c’est cette dépendance à l’égard de la communauté dont il était très conscient, et c’est pourquoi il a commencé à travailler non pas en faisant de l’art, mais en « étant » tout simplement. En s’engageant délibérément à être simplement un être de sa région, James Mishio a eu la possibilité de s’associer intérieurement à tous ceux qui l’entouraient, ce qui est évident dans les signaux reconnaissables, les bizarreries et les activités qu’il répétera plus tard sur ses toiles.

Cette méthodologie a peut-être fait de James Mishio lui-même son premier sujet. Il faut un certain degré de contemplation pour réussir à marchander les idiosyncrasies de soi, la profondeur et le dynamisme de nos personnalités et la manière de les transmettre sans nuire à la légèreté esthétique de l’image. James Mishio a eu la possibilité de maintenir cet équilibre spécialisé en s’imprégnant de sa propre expérience, où les vues, les sons et les odeurs de la ville sont devenus des restes et des souvenirs d’un endroit qui pouvaient être ramenés dans son atelier afin de pouvoir être matérialiser dans ses œuvres.

Au fur et à mesure qu’il développait ses créations, son atelier devenait un centre d’enseignement, semblable à ceux des artistes de la Renaissance italienne. Un atelier pour se familiariser avec les points d’intérêt. Finalement, il a été transformé en centre de recherche, un espace pour mener des théories avec soin et réflexion. Au fur et à mesure que James Mishio s’efforçait de décrypter avec précision l’énergie des individus et des lieux qu’il percevait dans ses œuvres d’art, il a trouvé un brillant réconfort en percevant que l’atelier n’était pas un lieu de création, mais plutôt de contextualisation. C’est dans son atelier qu’il pouvait refléter la subtilité du colporteur de rue, de la fille à la mangue et du coiffeur local.

 « Shall We Start all along ? » une exposition de James Mishio au Clerkenwell Gallery de Londres
Carrier Girl (Kayayo)
© James Mishio

Son exposition « Shall We Start from the Beginning ? » est une accumulation d’événements faciles à vivre, dans laquelle l’artiste James Mishio rend substantiel son empâtement textural sa mémoire créative. Touchante et naturelle, contrôlée à ce point sans obstruction, cette exposition est la conséquence de l’éducation des yeux pour voir, des oreilles pour écouter et des mains pour faire quelque chose.

Cet artiste, qui vit et travaille à Accra, au Ghana, contribue à sa manière à l’expérience humaine de sa communauté. Par son exposition « Shall We Start from the Beginning ? » au Clerkenwell Gallery de Londres, il offre des œuvres métaphoriques, des œuvres de la scène et des délibérations dans lequel les visages des individus de sa région sont élargis et répétés avec une incroyable proximité.  

A lire aussi :  Dimitri Fagbohoun présente « THE UNEXPECTED CONSEQUENCES OF HISTORY », un solo show à la Galerie Cécile Fakhoury de Dakar

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur