Présentée jusqu’au 19 May 2022 à la Gallery 1957 d’Accra​, l’exposition « Same sky, different fruit » de l’artiste Nabeeha Mohamed combine des compositions liées par des sensations de maison et de lieu.

La maison est conceptualisée comme un endroit et une inclination, comme des individus et des choses, y compris des produits naturels…

À travers cette exposition, l’artiste vient vers le ciel et nous entraîne à ses côtés. Le ciel, évidemment, parle de l’extraterrestre – ce qui est situé dans l’espace et dans le ciel, mais il parle aussi du céleste – l’endroit d’où l’on peut observer l’univers.

L’œuvre de Nabeeha Mohamed reflète un sentiment d’enracinement qui se rapproche d’articles vagabonds – fleurs, pots et repères familiaux qui ne dévoilent pas leur motivation. Il est permis de s’emparer à la fois d’un sentiment de sécurité et de temporalité. Il est donc normal que Nabeeha Mohamed réunisse le ciel et le produit organique sur un même plan, elle souligne l’inclinaison gravitationnelle qui confond les limites raisonnables entre le sol et le ciel, dans une large mesure.

Pour pousser l’allégorie du ciel un peu plus loin, le nouvel assemblage d’œuvres de l’artiste peut être considéré comme comparable à des groupements d’étoiles comme des images privées, des scènes verdoyantes et des intérieurs fantastiques.

De même que nous sommes attirés par d’épaisses couches d’air lorsque nous évoquons le ciel, Mohamed nous offre d’épaisses couches de peinture dont la coopération avec la matière aboutit à des plans exotiques et à des synthèses merveilleuses.

La variété et la cadence façonnent le sentiment. Peut-être de façon subliminale, diverses variétés de bleu parsèment cette collection d’œuvres que Nabeeha Mohamed étend le langage de la maison. Elle nous dit qu’à la fin, tout bien considéré, c’est lié au fait de raconter des histoires – ici et là, ces récits sont solides, mais la plupart du temps, ils sont brisés, divisés, inadéquats, parfois ridicules, mais toujours charmants. Elle nous dit que la peinture peut éventuellement communiquer dans un langage fort et inclusif qui relie chacun d’entre nous.   

A lire aussi :  Naïla Opiangah, présente « Two or three sides of the same Story » à la Galerie 1957 d’Accra

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur