Créée au cours de sa résidence à V.O Curations, l’artiste angolaise Sandra Poulson présente de nouvelles œuvres, qui s’inspirent de son expérience personnelle d’enfance à Luanda, en Angola. Pour cette exposition, présentée à travers deux espaces jusqu’au 30 juin 2022, Sandra Poulson a pris le résidu toujours présent dans la ville, fondamental à sa zone géographique, pour penser à la scène monétaire, sociale et culturelle de Luanda. Les œuvres sont réalisées en texture, matériau fondamental dans la construction de la manière dont notre corps explore le monde, avec chaque composant découpé et cousu à la main.

À Luanda, le résidu de poussière est un atout stable et solide, alors que simultanément, de nombreuses positions et exercices quotidiens sont centrés sur l’œuvre pour en effacer toute trace. En se référant à AbdouMaliq Simone qui considère ce résidu comme un cadeau involontaire pour la ville, Sandra Poulson utilise cette histoire pour réfléchir à la façon dont quelque chose d’apparemment indésirable est un élément fondamental qui façonne la société.

La poussière, ou plutôt la démonstration de son expulsion, est ici une sorte de revenu, un produit, une ligne, et un signifiant de position monétaire et sociétale. Il oriente le mouvement de la vie métropolitaine à travers les interminables exercices circulaires liés à l’inconcevable course à l’effacement.

Organisée autour d’instantanés de rencontre et de croisement, L’économie de la poussière fait référence au langage de construction rudimentaire de Luanda – éléments, conditions et circonstances qui structurent la ville. Comparant des éléments aux caractéristiques et attributs inverses, les œuvres partagent des récits de limitation, d’accès, de broyage et de confiance.

Rappelons que l’exposition « Economy of the Dust » de l’artiste contemporaine Sandra Poulson est ouverte jusqu’au 30 juin 2022 au V.O Curations de Londres.

A lire aussi :  « Xógbé » une ode au Fâ par l’artiste contemporaine Sènami Donoumassou

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur