Cette exposition s’inscrit dans la continuité des projets développés dans le cadre du programme de résidence de la KfW Stiftung en collaboration avec la Künstlerhaus Bethanien Berlin entre 2019 et 2020. Elle présente deux artistes contemporaines africaines Gladys Kalichini et Talya Lubinsky à la Villa 102 à Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, jusqu’au 26 septembre 2021.

L’exposition de ces deux artistes étudie les idées de mémoire en ce qui concerne le passé colonial d’Afrique australe et s’appuie sur une exploration documentée, des interconnexions authentiques transformer en installations sculpturaux de grande envergure. 

La phase initiale de l’exposition … « these gestures of memory » de l’artiste zambienne Gladys Kalichini est l’évaluation de base puisqu’elle tend à l’effacement et à l’intangibilité de certaines dissidentes politiques dans les récits de liberté en Zambie et au Zimbabwe pendant les années 1960-1980.

Dans cette circonstance unique, Gladys Kalichini s’intéresse aux idées de deuil, de mémoire et de négligence. Ses installations visuelles et sonores mettent en scène les cycles hallucinants de la reconnaissance et du souvenir.

L’œuvre « Marble Dust » de la Sud-Africaine Talya Lubinksy, quant à elle, est liée à la recherche par l’artiste de la compensation des restes humains de militants politiques dans le cadre de la ségrégation raciale en Afrique du Sud dans les années 1960. À travers son travail avec des matériaux authentiques en décomposition progressive, la tension innée entre cet affaiblissement et l’idée transitoire des corps humains d’un côté, et l’immuabilité des cimetières et des lieux de mémoire de l’autre, est devenue le point central de son travail.

Gladys Kalichini

csm_Bild_1_2a6ad2d41a-1024x682 Gladys Kalichini et Talya Lubinsky enquêtent sur les idées des mémoires collectives à la Villa 102 de Francfort-sur-le-Main
© Gladys Kalichini

Gladys Kalichini se concentre sur la dualité de la mémoire et de l’histoire et aborde les idées de deuil, de rappel et d’oubli, ainsi que la célébration des récits singuliers des femmes dans le cadre plus large des histoires de protection contre le régime colonial en Zambie et au Zimbabwe, entre les années 1960 et 1980.

Elle s’intéresse fondamentalement à l’effacement, à la non-apparition et à l’intangibilité de certaines femmes dissidentes politiques dans la mémoire globale de la Zambie et du Zimbabwe. Son travail remet en question la particularité des histoires de liberté prédominantes, sépare et étend les récits des batailles en unissant les souvenirs de plusieurs femmes, et dresse une image complexe et diverse de l’autonomie publique.

Son projet actuel est centré sur les idées d’imperceptibilité de six femmes dans les récits de l’indépendance zambienne et zimbabwéenne. Dans ses projets précédents, « ChaMoneka : Uncasting Shadows » et « FyaMoneka : Exploring the Erasure of Women Within Zambian history », elle a étudié l’effacement des femmes dans l’historiographie zambienne et la mémoire collective.

En guise d’introduction sur la question de la marginalisation des femmes dans la description de certains événements, elle étudie les récits de Julia Chikamoneka et de Alice Lenshina puis les compare à l’histoire de la lutte de la Zambie telle qu’elle est enregistrée dans les documents publics zambiens et dans les dossiers du United National Independence Day Party.

Des installations aux plans compliqués sont réalisées en utilisant la vidéo, le tissu, le papier, du texte et la peinture pour introduire des espaces et des symboles de la mémoire. Ces installations peuvent être vues d’un côté comme une position de louange aux dames dissidentes politiques et de l’autre comme des contre-points représentant la complexité, la facilité et dans certains cas la délicatesse de la mémoire. Car Gladys Kalichini conceptualise l’éradication comme un terme perplexe incluant les distorsions, le mauvais positionnement, la distance, la non-apparition et les perspectives aveugles.

Talya Lubinksy

SB_8258 Gladys Kalichini et Talya Lubinsky enquêtent sur les idées des mémoires collectives à la Villa 102 de Francfort-sur-le-Main
© Tayla Lubinsky

La poussière de marbre est aussi résistante qu’elle semble être éphémère – un peu comme nos os : les œuvres de Talya Lubinsky réfléchissent à la conjonction de la qualité perpétuelle et de la pourriture, typique des commémorations et des scènes de cimetière. Dans ces endroits, l’apparence durable rencontre la fugacité du corps en décomposition. À la lumière de cette tension innée, le travail de l’artiste Talya Lubinsky pose des questions sur le malheur et la restitution, la non-apparition et la présence.

Son œuvre étudie des matériaux de base qui se révèlent être des signifiants indéniables de messages merveilleux, façonnant des cadres et des histoires. Dans son exposition, « If we burn, there is ash » à Johannesburg en 2016, les matériaux débris et béton sont utilisés pour étudier les impacts attendu du feu et de l’inflammation et leur relation avec les collections provinciales de culture matérielle.

L’œuvre « Floating Bodies » créé à Bayreuth en 2017 s’inspire d’une histoire tirée d’une chronique familiale et utilise les barricades comme une similitude de la base humaine pour assembler des frontières contre la puissance d’une inondation, qui est ici considérée comme une puissance historique.

Pour son exposition au Künstlerhaus Bethanien, Talya Lubinsky a suivi les formes de ces pages en décomposition et les a découpées en morceaux de marbre, qu’elle a ensuite, à ce moment-là, organisés dans l’espace.

La délicatesse des archives est réarrangée en marbre, une pierre régulièrement utilisée pour les pierres tombales.

Talya Lubinsky considère la méthode utilisée pour déterrer et rétablir le matériau totalement effacé comme une image étonnante de ce qui a été perdu : l’inconcevabilité de la reconstitution et de la compensation d’un côté, et le gage de compensation profondément ressenti comme une affirmation de la honte soumise de l’autre. Originaire de Johannesburg, elle est étudiante en doctorat au Center for Humatities Research de la faculté d’histoire de l’université de Western Cape, au Cap.

A lire aussi :  Abdoulaye Konaté présente « Lune Bleue » à l’Espace Dominique Bagouet de Montpellier

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur