L’exposition « Blue Lewoz » est ouverte jusqu’au 23 juillet 2022 à la galerie Mariane Ibrahim et propose une convocation de l’histoire de l’art européen et les images d’époque des Caraïbes par l’artiste contemporain Raphaël Barontini qui s’approprie les sociétés pour créer ses propres histoires et figures, entre coutume et créolisation.

L’expression créole « Léwoz » vient de la musique afro-caribéenne qui a été standardisée en Guadeloupe lors de l’échange d’esclaves. Il s’agissait d’heureux soirs de fin de semaine pour les individus opprimés qui s’occupaient de leur environnement quotidien, rejoints par la routine, l’ambiance du gwoka et le son des tambours ka.

Les différents niveaux de l’exposition invitent à évoquer un pays agrégé et une pratique sûre de l’époque de l’asservissement. Par des représentations sur des matériaux, des broderies, des draperies, des bannières et des pièces matérielles, cette nouvelle série transfère le renversement d’un carnaval. Des personnages peints présentent les acteurs d’une histoire nocturne fantaisiste et illusoire qui modifie un passé rempli de Caraïbes.

lewoz_2-1024x573 « Blue Lewoz » : Raphaël Barontini questionne le portrait et les allégories à la Galerie Mariane Ibrahim de Paris

L’exposition « Blue Lewoz » accueille l’invité à entrer dans un bal créole touchée de bleu indigo, la plante ayant été cultivée dans les Caraïbes pendant la période d’esclavage, une enquête sur la toile de fond historique de la matière à travers la couleur indigo, l’un des cadres de ce cortège. Les règles vestimentaires, les coutumes matérielles et les représentations de la cour s’hybrident et se recomposent.

Raphaël Barontini dévoile son propre motif « Toile de Jouy » sérigraphié sur des teintes, robes et capes, qui deviennent un signe et un pictogramme déroutant et symbolique. Rejointe par une pièce sonore réalisée en 2019 par le performeur américain jump Mike Ladd et ajustée pour l’exposition.

À la jonction des cultures européennes, africaines et caribéenne, l’exposition « Blue Lewoz » inspecte une histoire compliquée et propose un esprit créatif restauré. Mémoire, fête et coutume se rejoignent pour célébrer une fête picturale aux accents modernes. 

A lire aussi :  L’artiste britano tanzanienne Lubaina Himid prends quartier au Tate Modern de Londres

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur