« Particles in Motion » est une exposition qui célèbre le retour sur la scène artistique de l’artiste et écrivaine Ada Udechukwu jusqu’au 31 juillet 2021 au SMO Contemporary Art. Cette exposition présente un travail créatif, alimenté par son exploration de l’identité et de la connexion avec la dissemblance, tout en prenant compte des thèmes telle que l’amour, la communauté, le besoin de connexion au travers de 36 dessins et 10 poèmes.

 ADA UDECHUKWU présente « Particles in Motion » au SMO Contemporary Art
Ada Udechukwu – when memory betrays,
Ink and watercolour on paper,
2020,31 x 26 cm

« Particles in Motion », explore le lien que l’artiste et écrivaine Ada Udechukwu entretient avec ses racines culturelles. C’est une ballade aux souvenirs, de sa jeunesse dans les collines d’Enugu et Nsukka en passant par son parcours artistique en Afrique pour finir sur son installation à Los Angeles où elle vit aujourd’hui.

« Particles in Motion » est une manière simple de pouvoir véhiculer avec ses contemporains ce sentiment d’instinct pur, de spontanéité dans les formes arrondies et les lignes ondulées de ses œuvres, de rappeler l’univers émotionnel et spirituel de cette chose appelée la vie.

Ada Udechukwu

Ada-Udechukwu-1024x768 ADA UDECHUKWU présente « Particles in Motion » au SMO Contemporary Art
Ada Udechukwu

Célèbre artiste et pionnière de l’école de Nsukka, Ada Udechukwu née en 1960 au Nigeria est titulaire d’un BA en anglais et littérature et d’une maîtrise en écriture créative et littérature. Depuis les années 1980, sa voix créative a pris de l’ampleur à travers ses œuvres en textiles, dessins à la plume et à l’encre ou peintures à l’aquarelle, qu’elle exécute parallèlement à l’écriture.

Aujourd’hui avec « Particles in Motion », elle entraîne dans un monde de nuance et profondeur et met en avant cet art profondément influencé par la culture traditionnelle Igbo.
Fervente critique de la condition post coloniale nigériane autrefois, comme d’autres artistes elle avait contribué à l’émergence artistique du Nigéria à la fin du XXème siècle par la mise en place de l’école Nsukka. Elle est introspective et remet fréquemment en question ses relations avec le monde internes et externe. La peinture, le dessin tout comme l’écriture sont pour elle des outils d’auto-analyse et de dénonciation.

A lire aussi :  La Galerie londonienne HOFA présente « Mother of Mankind », une exposition afro-féminine qui donnent à voir les talents provenant des quatre coins du globe

Si cet article vous a plu
Pensez à le partager et mettre un like
sur les réseaux sociaux.
Partagez l'article

ON ART est un média 100% indépendant,
financé par ses lectrices et lecteurs.

La meilleure façon de soutenir est
de devenir Tipeuse/Tipeur !

Devenir Tipeuse/Tipeur