Chaque année, les acteurs du cinéma africain se rencontrent au Burkina Faso dans le cadre du Fespaco pour des échanges, des ateliers et une cérémonie de distinction. Depuis 2019, Dimitri Fadonougbo, cinéaste béninois, ambitionne de faire de Cotonou le deuxième rendez-vous annuel de ce type à travers les ReCiCo, les Rencontres Cinématographiques et numériques de Cotonou.

Des débuts timides, mais de grandes ambitions

Les ReCiCo sont à leur deuxième édition cette année. Pour Dimitri Fadonougbo, le délégué général, cet événement se positionne pour être le relais du Fespaco à travers une sélection cinématographique et une organisation de qualité. Ces rencontres cinématographiques n’ont pas encore une grande audience, mais le promoteur s’inspire des débuts du Fespaco pour envisager un futur radieux et compte sur son expérience pour le concrétiser.  Premier Béninois à recevoir une distinction aux Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) en novembre 2018, Dimitri Fadonougbo est enseignant également à l’Institut National des métiers d’arts, d’archéologie et de la culture de l’Université d’Abomey-Calavi.

Une deuxième édition achalandée

Cette deuxième édition des ReCiCo s’annonce très riche en couleurs. Une cinquantaine de productions cinématographiques ont déjà été reçues. Parmi les pays participants, on retrouve le Togo, le Mali, la Côte d’Ivoire, le Maroc, la RDC, la Tunisie, le Sénégal et tout naturellement, le Bénin. L’événement sera couronné par une cérémonie de remise de distinctions dans des catégories telles que « Long métrage », « Court métrage », « Journaliste critique du Cinéma », etc. Les distinctions porteront les noms de personnalités qui ont marqué l’histoire du cinéma africain.

Par ailleurs, l’édition 2020 des ReCiCo aboutira à la création d’un forum des producteurs africains. Ledit forum mènera des réflexions sur la mise en place d’un fonds de financement pour le cinéma africain. Les ReCiCo connaîtront également cette année la naissance des ReCiCo-Pro, une plateforme d’accompagnement complet pour les amateurs dans le cadre de leur premier film professionnel. Elle vise à les aider à produire des films compétitifs sur le plan international.

ReCiCo : cinéma, art et économie

Pour Dimitri Fadonougbo, « Quand on parle du Cinéma, c’est du business. C’est une industrie qui se suffit ». C’est donc à juste titre que cette seconde édition des ReCiCo se déroule sous le thème « Cinéma, Art et Économie ». Les différents acteurs mèneront des réflexions poussées sur l’apport du cinéma dans l’économie de la culture, à travers un colloque et des ateliers de formation. Les sujets tels que le choix de la musique d’un film, la scénarisation et la décoration seront également abordés. Dimitri Fadonougbo assure que ces rencontres serviront de cadre pour la promotion du cinéma béninois et ses particularités culturelles et artistiques.

Les ReCiCo sont prévues du 29 août au 05 septembre. L’organisation a déjà pris en compte les règles sanitaires imposées dans le cadre de la protection contre le Coronavirus.


Partagez l'article
Partagez l'article